Vous avez été plus d'un un jour à me demander de quoi les gens pouvaient bien vivre dans le petit village de Hatgal au fin fond de la Mongolie...

Et bien, tout d'abord, on peut être "vendeur d'eau"... Un joli métier qui consiste à aller chercher de l'eau au lac pour la vendre aux gens du village. Pour ceux qui n'ont pas de véhicule, pas le temps, ou trop vieux  pour aller aussi loin à pied... Pour 200 litres d'eau, le prix est d'environ 1500 Tg (soient un peu moins d'1 euro). Joli métier mais point de Crésus à l'horizon...

SANY0144bSANY0024_ter

 

 

 

 

 

 

 

Hatgal a été fondé en 1727 comme point de relais postal. En 1910, un hameau a vu le jour principalement grâce aux échanges commerciaux avec la proche Russie. En 1914, une connexion télégraphique entre Mondy (village de frontière russe) et Uliastay (région du Zavhan, dans le centre de la Mongolie) et en 1921 environ 150 russes s'étaient établis à Hatgal. Le grand-père de Tsooj pour la petite anecdote était chauffeur de camion entre la Russie et Uliastay justement. En 1921 toujours, le village est devenu un centre administratif de la région, puis capitale de l'aimag du Hovsgol en 1931, mais vite détrôné par Moron en 1933. SANY0042bis

En 1990, la ville comptait environ 7.000 habitants et possédait une centrale électrique ! Mais la fin des échanges commerciaux avec la Russie suite à la chute du soviétisme et la fermeture d'une usine locale de traitement de la laine a considérablement réduit le nombre d'habitants à 3.756 en 1994 et 2.498 dans les années 2000. Aujourd'hui, on tourne autour des 3.000 habitants. Je ne sais pas où ils sont cachés d'ailleurs mais le recensement a parlé... Ce n'est qu'en 2007 que Hatgal a été rattaché au secteur électrique de Mongolie, et aux services de téléphonie mobile.

Hatgal_panorama

Comme Hatgal est un bon point de départ pour les nombreux camps de yourte de la rive Ouest du lac Hovsgol, le tourisme a permis de redorer un peu le blason.. Un aéroport a même été construit en 2007, et que j'ai eu la chance d'inaugurer à cette époque dans l'un des premiers vols estivaux depuis UB via Moron. Hélas, depuis, l'aéroport et sa piste en terre battue n'ont pas rouvert leurs portes.. Il faudra que je me renseigne pour en connaître la raison d'ailleurs (rentabilité ?)...

Et pour en revenir aux différents corps de métier, et bien on peut être tout simplement professeur d'école SANY0035bisou au collège de Hatgal, travailler pour la Mairie, à l'hôpital ou encore brigand (euh, pardon, policier...). Anecdote, le papa de Tsooj travaille à l'hôpital comme 'chauffagiste' : son rôle est d'entretenir la chaudière au feu de bois la nuit pour le chauffage. On peut être bûcheron aussi ou chauffeur de mini-van (taxi brousse mongol) pour la liaison entre Hatgal et Moron (quotidienne)... On est capitaine ou matelot sur le Sukhbaatar, un gros bateau qui fait l'été maintenant un peu de navigation sur le lac pour les touristes. On est bien sûr éleveur nomade, également compté dans le recensement de la population. Ou on travaille au centre météorologique.

Et sinon, et bien, on tient un magasin... Il y a un peu plus de 20 magasins qui fonctionnent en hiver a t-on compté avec Tsooj. 20 magasins ! Et qui vendent tous la même chose, jour_9__23_c'est à dire en hiver trois fois rien... Des oignons, des pommes de terre, parfois du chou et des carottes., encore plus rare des pommes et des mandarines. Du riz, des pâtes, du sucre et de la farine. Diverses conserves de thon et de sprats, et quelques bocaux de fruits en sirop. Des bonbons et biscuits en veux-tu en voilà... De la viande de mouton et de yack. Parfois des oeufs (pénurie pendant 3 semaines ces derniers temps). Quelques épices. Pas de fromage, de poulet, de charcuterie, pas souvent d'oeufs, pas de légumes (mis à part les quatre au dessus), pas de fruits frais, pas de yaourts ou de lait en hiver... Bref, je rêve d'un hamburger avec un steack bien saignant, une laitue bien croquante, une tomate fraîche et une bonne tranche de fromage...

Voilà un peu la vie à Hatgal. Il y en aurait beaucoup plus à raconter, mais les gossips ce sera pour une autre fois...

PS: Concernant l'article précédent sur le festival des glaces, une de mes connaissances de UB, Pearly, a rédigé un article (en anglais, sorry) que j'apprécie et qui vous en dira plus long sur l'état écologique du lac Hovsgol: Activists Try to Keep Environmental Treasure Clean.

A bientôt.