Il est d'usage en Mongolie de laisser les cheveux d'un enfant pousser jusqu'à l'âge mongol de 3 ou 5 ans pour un garçon, et 4 ou 6 ans pour une fille. Je parle ici de l'âge mongol car les mongols considèrent que le temps passé dans le ventre de la maman compte. Ainsi, un petit garçon de deux ans est considéré comme en avoir trois selon l'âge mongol.

Cette cérémonie de la première coupe de cheveux marque le passage de l'état de bébé à enfant. L'occasion de célébrer le fait que l'enfant ait survécu jusque là.

Le jour de cette cérémonie est déterminé par le calendrier lunaire, comme toutes choses importantes dans la vie d'un mongol. De plus, le signe zodiacal de l'année de naissance de l'enfant est important. La première personne qui pourra couper la première mèche devra être du même signe que l'enfant (signe zodiacal chinois : tigre, cochon, dragon, etc...).

Et cette année, il y a quelques jours, c'était le tour de Khangai, le petit de 2 ans (donc 3 ans si vous avez bien suivi) de Torjii et Tsengel. Ils ont fait pour cela une petite fête où juste les proches amis (dont nous même) étaient présents.

DSC04114terC'est le jeune fils de Bataajii, également de l'année du cochon, qui a eu le privilège de couper la première mèche de cheveux. Les ciseaux entourés d'un khadag (écharpe bleue votive) sont disposés dans un plat avec quelques friandises. On coupe une mèche, et on dispose dans le plat une offrande pour l'enfant, généralement de la monnaie. Une petite phrase du genre "Be a good boy" est prononcée.

Côté festivités, voici l'ordre : nous avons eu droit bien entendu au bol de thé au lait, puis au bol de nourriture resservi autant de fois que l'on souhaite, puis une petite mèche de cheveu à couper, puis bien entendu au petit verre de vodka, et même à une canette de bière aussi dans notre cas. Une bouteille d'alcool ouverte se doit d'être terminée, il y a eu donc plus d'un verre de vodka distribué par personne.

Quatre heures après, les âmes étaient déjà bien enivrées. Torjii et sa femme Tsengel ainsi que Bataajii et sa femme Mendee sont venus finir leur saoulerie chez nous, et ont fini par s'écrouler sur les matelas par terre que nous avions sortis. Grosse gueule de bois le lendemain matin qu'ils soignent par une énième bouteille de bière et un repas de nouille...

A la fin de la journée ou quelques temps après, la tête de l'enfant sera rasée. Certaines familles laissent deux petites couettes derrière pour les garçons. Tsooj me dit que le fait de raser les cheveux permet de "reposer la tête" de l'enfant, et surtout de permettre aux cheveux de mieux pousser par la suite.

J'avais lu quelque part il y a quelques années auparavant qu'il était courant d'habiller un garçon en fille pour que les esprits mauvais (qui se fichent des filles) n'aillent pas embêter le jeune garçon. La cérémonie de coupe de cheveu marquait le passage où le garçon devenait capable tout seul de combattre les esprits et n'avaient plus besoin de ces artifices de fille.

Mais aucun des invités de Torjii ne semblait connaître cela (faut dire que nos amis ne sont pas très au fait des traditions), et il est également d'usage de pratiquer une cérémonie pour les filles, qui logiquement ne devraient pas en avoir besoin.
En même temps, il m'est arrivé une fois lors d'un voyage en taxi brousse de Ulaanbaatar à Moron d'observer un enfant aux cheveux longs d'environ 6 ans et habillé en robe rose. C'est à un arrêt pipi que tous les voyageurs se sont aperçus que l'enfant était en fait un garçon... Les autres voyageurs étaient plus choqués par l'âge avancé du gamin et se posait la question du pourquoi la cérémonie n'avait pas encore eu lieu... Mais personne n'était étonné par le fait que le garçon portait une robe rose... Donc où est le vrai dans tout cela, je ne sais pas, il va falloir que je me renseigne auprès d'autres personnes plus averties.

DSC04123sm

 

 

 

 DSC04115bis

Sinon, pour les nouvelles concernant nos deux bambins, tout va bien. Naraa adore jouer avec ses cousins et avec les enfants de notre ami Torjii. Elle aime passer du temps chez ses grands-parents, donc tout va bien. Même si elle continue à leur parler français, elle a l'air de s'amuser terriblement. Hier, lorsqu'ils repartaient chez eux, Naraa a tenu à les accompagner. D'où la raison de la prochaine photo :

DSC04130bis

Elle fait la tête sur la photo, mais je vous assure qu'elle voulait absolument les accompagner. Sans doute la perspective de la moto, craintive comme elle est :=)

DSC04135bis

 

 Sinon, nous sommes allés il y a quelques jours aidé Bataajii à châtrer les petits de l'année, comme nous avions fait il y a 2 ans (voir article Zizi de mouton). Naraa n'a pas bronché à la vue de la "séance de torture", si c'est normal pour nous, cela semble être normale pour elle aussi. Quant à Sanjaa la première fois qu'il a vu un bébé chèvre, il n'a pas pu résister à le goûter : il a essayé de lui bouffer l'oreille avant même de le toucher avec ses doigts !

DSC04112small

Bises à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures.