La chèvre du samedi a encore frappé...
(Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, lisez l'article précédent Maudite soit la chèvre du samedi)

Cette fois ci, c'est Zaya qu'elle a frappé, et plus d'une fois. Après tout, c'est lui qui avait officié la mise à mort et le dépeçage.

En juillet, nous avons fait une rando de 400 km à cheval entre le lac Hovsgol et le lac blanc de l'Arhangai. Les chevaux de Torjii et Zaya devaient être ramenés par camion à leur maison. Epique ! Pour les faire monter dans le camion, cela n'a pas été sans mal. Et un cheval de Zaya s'est fait une vilaine blessure, Canapé, un bon galopeur pie beige et blanc. Heureusement rien de grave. Mais...
Sur la route, un cheval bai de Zaya généralement monté par des enfants (Elise et Youri cette année) réussit à casser la longe qui l'attachait au camion. Belliqueux avec les autres chevaux, il a réussi à se faufiler juste à côté des chevaux de Torjii pour les botter férocement. Mais un de ses sabots s'est pris dans la ferraille du camion. Une fois le camion arrêté, et le temps que Torjii et Zaya arrivent, il avait la jambe salement amochée, tortionnée par les cahots de la piste. Ce n'est qu'une fois examiné par un vétérinaire que l'on était sûr que le cheval était hors de danger, sa jambe n'était pas cassée. Une jambe cassée et le cheval aurait été mis à mort pour récupérer au moins le prix de la viande. Un bon cheval de randonneur, suffisamment sûr pour les enfants, cela aurait été une grande perte. Il ne pourra pas participer à la rando du mois d'août tout du moins, mais sans doute se rétablira.

Résultat des scores : un cheval de Zaya (presque) kaput. Mais ce n'est pas fini pour ce pauvre Zaya...

Dans la nuit du 06 au 07 août, Zaya allait sur sa moto vers le village de Chandman Ondor. Il voulait y acquérir un chien. Le sien venait tout juste de se briser la patte (tiens, comme c'est étrange, un de ses chevaux, puis maintenant son chien...).
Mais pas n'importe lequel des clébards, un chien capable de chasser le sanglier. Un chien à 1 million de tögrög... Une somme énorme, surtout pour un chien. Quelle idée... La dernière fois que Zaya a chassé un sanglier, il s'est fait dénoncer et il a dû payer une forte amende. Mais il en rêvait de ce chien. Il nous en parlait tout le temps lors de notre rando dans l'Arhangai.

Alors, le voici dans la nuit, sur sa moto, à rêver de ce maudit chien... La moto dérape, Zaya tente de se rattraper en mettant un pied à terre. Le choc est immédiat. La fracture est ouverte, l'os sort de la peau, ça pisse le sang, sa jambe est en piteux état. Zaya appelle l'hôpital de Hatgal. Celle ci lui répond que l'ambulance ne se déplacera qu'au matin ! Alors Zaya n'a d'autre choix que de se réfugier chez des éleveurs heureusement tout proche pour attendre le lever du soleil. Une fracture ouverte, ça fait mal... Pour supporter la douleur, Zaya descendra une bouteille de vodka tout seul, faute de médicaments.

Ce n'est que 2 jours après qu'il sera transféré à Moron afin de faire un scanner et des radios. Résultat du score : 2 os brisés, tibia et péroné. Les médecins préfèreraient que Zaya soit transféré à UB car ils soupçonnent que le genou ait aussi trinqué avec la fracture ouverte. Cet imbécile de Zaya n'a pas voulu y aller, les médecins de Moron lui ont donc posé les broches sans autre façon. On était reparti en rando à ce moment là, sinon, on l'aurait envoyé à UB avec un coup de pied dans le derche.

Nous étions là lors de son arrivée à l'hôpital de Moron. L'ambulance de Hatgal est une jeep russe, sans possibilité de s'allonger. Et arrivé à l'hôpital, c'est Tsooj et Uuganaa l'ambulancier qui ont dû lui faire la chaise porteur pour l'emmener au scanner. Pas de brancardiers, et un escalier pour accéder à l'hosto... Tsooj et l'ambulancier ont aussi dû le bouger afin de faire les différents scanners. Pas d'infirmiers non plus ?
Bref, il ne vaut pas mieux compter sur la santé mongole en cas de pépin...

Quoi qu'il en soit, Zaya vient de rentrer dans sa maison à Hatgal. Il en a pour 2 mois sans bouger, pas de béquilles, besoin de quelqu'un pour aller faire ses besoins... Dans 2 mois, il devra refaire un scanner pour voir ce qu'il en est...

Il a l'air d'avoir la pêche pour l'instant encore. Alors qu'il était encore à l'hôpital de Hatgal pour observation, on l'a kidnappé un après-midi pour qu'il passe du temps avec nous au soleil plutôt que dans sa chambre d'hosto. Torjii, Tsooj, Bataajii et Boldoo lui ont tous donné 100.000 MNT chacun pour couvrir les frais d'hospitalisation. Il en pleurait de reconnaissance, et tous avaient la larme à l'oeil. Torjii me dira plus tard qu'il n'avait même pas pleuré à la mort de son père, mais que pour ce con de Zaya, les larmes sont arrivées... Il lui ont rasé la tête car ils trouvaient qu'il avait une coupe à la Jackson Five, et bien sûr, ils ont tous picolé pour fêter les retrouvailles, et le fait qu'il soit encore vivant...
Et oui, le cheval, puis son chien, c'était de très très mauvaise augure. Tsooj me dit que si l'un de ces deux animaux avait trouvé la mort, alors cela voulait dire que Zaya devait aussi mourir... Superstition locale... Ouf !

Ensuite, fallait voir les gars (éméchés eux aussi) transporter Zaya jusque dans notre fourgon, un Zaya mort de rire entre deux 'ouille ouille ouille', et Tsooj au volant (sans doute aussi un peu éméché) en train de négocier les bosses de la piste pour le ramener à l'hosto... J'aurais dû prendre une vidéo, ou au moins des photos...

Le mèdecin a dû faire la tête lorsque Tsooj a ramené Zaya à l'hosto. Il lui était interdit de sortir, et il est revenu 6 heures après, le crâne (mal) rasé, et surtout bien bourré... Il paraît que la vodka est bonne pour les os cassés... La bière, non, c'est trés mauvais à cause du gaz... Médecine mongole, je suppose... :=)

J'aime bien la photo de la tronçonneuse à côté de la jambe... Zaya à peine arrivé, les gars me demandaient un couteau pour scier le plâtre et regarder les broches de Zaya... Je vous rassure, ils ne l'ont pas fait...

Image1

La maudite chèvre...IMG_3557

Quoi qu'il en soit, Zaya va devoir laisser son troupeau à la charge de son frère Olzii. Incapable d'exercer son métier d'éleveur, le gouvernement devrait lui verser une indemnité : peut-être 150.000 MNT par mois, on espère.
Zaya est encore confiant, et dit même que l'été prochain, il est d'attaque pour les randos... Difficile à croire, mais bon, si la volonté est là... Croisons les doigts pour lui, et pour nous, car Zaya est un de nos guides les plus précieux, et il nous manque bien lorsque sa frimousse n'est pas là, et que l'on n'entend plus son rire dans la steppe.

A bientôt, pour de meilleures aventures (j'espère !).